lundi 3 octobre 2016

Tradition et modernité à Etain-Rouvres

Le nouveau poste de commandement du 3e RHC a quitté le bâtiment de
la tour de contrôle pour réintégrer le QG historique de la base.
Texte et photos : F. Loubette
Vendredi 30 septembre dernier, la base ALAT d'Etain-Rouvres (55) a été le siège d'une cérémonie originale alliant tradition et modernité, à l'occasion de l'inauguration du nouveau poste de commandement régimentaire du 3e RHC.
Rassemblement des officiels civils et militaires devant le PC du régiment....
Sous la houlette du colonel Verborg, son charismatique chef de corps, le régiment intégrait donc officiellement le bâtiment de commandement historique de la base américaine, laissé à l'abandon durant ces dernières décennies. En hommage à ce passé souvent méconnu et peu considéré par les unités françaises ayant investi d'anciennes bases américaines, le colonel Verborg avait symboliquement choisi la date du 30 septembre pour cette cérémonie, en écho à l'inauguration officielle de la base américaine, intervenue 61 ans plus tôt jour pour jour, le 30 septembre 1955.

... 61 ans jour pour jour après l'inauguration de la base aérienne américaine.
Sous un ciel peu clément étaient notamment rassemblés, pour les autorités militaires, le colonel Verborg, chef de Corps du 3e RHC et son adjoint, le lieutenant-colonel Goisnard, le général Grintchenko, commandant l'ALAT. Du côté des autorités civiles étaient présents notamment Monsieur Jean-Louis Dumont, député de la Meuse, Monsieur Claude Léonard, Président du Conseil départemental de la Meuse, Monsieur Gérard Longuet, ancien ministre de la Défense et des anciens combattants, et ancien président du Conseil régional de Lorraine, Monsieur Rémy Andrin, maire d'Etain et Madame Lucie Dourster, maire de Rouvres-en-Woëvre.

Le colonel Pierre Verborg, chef de corps du 3e RHC,
devant un micro très "fifties" utilisé pour l'occasion.
C'est par le survol en formation d'un Puma et de deux Gazelle du régiment qu'a débutée la cérémonie officialisant le mouvement du PC régimentaire depuis le bâtiment de la tour de contrôle vers le bâtiment originel de commandement de la base, totalement refait à neuf. En guise de trait d'union entre l'avant et l'après, un Puma affublé du trigramme du chef de corps (VBG) a été érigé en stèle sur une plate-forme fraîchement aménagée entre les deux bâtiments. Rappelons en effet qu'à l'arrivée du 3e RHC à Etain en 1977, la base de Rouvres était déjà occupée, depuis 1967,  par le 94e Régiment d'Infanterie qui avait installé son quartier général dans le PC historique. Le commandement du "Grand 3" avait donc trouvé refuge dans le bâtiment de la tour de contrôle, et n'en avait plus bougé au départ du 94e RI pour Sissonne en 1980. Depuis, le QG historique de la base avait été livré à lui même, sans réel entretien.

La cérémonie d'inauguration a démarré par le survol d'un Puma et de deux Gazelle du régiment.
Traditionnelle découpe du ruban par le général Michel Grintchenko, commandant
l'Aviation légère de l'armée de terre (ALAT) et le colonel Pierre Verborg.

Une fois le traditionnel ruban coupé par le général Michel Grintchenko, COMALAT, et le colonel Verborg, la suite de la cérémonie a pu se dérouler dans un environnement moins humide, dans une salle de briefing confortable et décorée avec soin, évoquant le passé américain de la base, ainsi que l'histoire, les engagements et les décorations du 3e Groupe d'Aviation d'Observation d'Artillerie (GAOA), devenu 3e Régiment d'Hélicoptères de Combat (RHC) en 1977.

Les couloirs du nouveau PC sont agrémentés d'une signalétique moderne, esthétique et fonctionnelle.
Ci-dessus la chaîne de commandement ALAT du 3e RHC.

La salle de briefing / conférence est décorée sobrement, de fanions et photos y évoquent
les grandes heures de la base et des unités qui s'y sont succédé.
De nombreuses personnalités civiles et militaires, partenaires politiques et
économiques du régiment, s'étaient rassemblées pour assister à l'inauguration.
Dans son allocution, le colonel Verborg a présenté le "business plan" du 3e RHC, désigné CAP HNG 2021. Un temps menacé, l'avenir du régiment semble à présent assuré, à la faveur de nouveaux budgets alloués à la défense, eu égard au contexte géopolitique et aux menaces actuelles pesant sur les populations. Ces crédits permettent de nouvelles perspectives au régiment meusien, se traduisant d'ores et déjà par la modernisation et la remise en état du poste de commandement, mais également du pôle simulation. Dans un second temps, la piste devrait également être remise en état sur ses 2400 mètres pour pouvoir accueillir des Antonov convoyant les hélicoptères entre la France et les théâtres d'opérations extérieurs, et, à l'horizon 2021, des hélicoptères de nouvelles génération (HNG) NH90 Caïman devraient entrer en dotation au 3e RHC. L'assimilation de l'activité "drônes" au sein de l'ALAT constitue également une perspective proche pour le 3e RHC, tant l'utilisation de ce moyen d'observation se développe, et constitue un atout dans la numérisation du champ de bataille, une des spécialités du "Grand 3".

L'arrivée de tels appareils se prépare à de nombreux niveaux car le suivi technique par Airbus Hélicoptère des NH90 implique des moyens de connexion et de communication modernes à haut débit.... ce dont ne dispose absolument pas le régiment pour l'instant. Le colonel Verborg a donc salué l'accompagnement des collectivités locales dans la montée en puissance numérique de son régiment, implanté dans une zone peu peuplée encore assez en marge du haut débit et finalement assez enclavée sur ce plan. En juin 2017, l'arrivée de la fibre optique devrait désenclaver les militaires meusiens, tant sur un plan opérationnel que pour l'internet de loisir, nombre d'entre eux (environ 400) étant célibataires géographiques et dans l'impossibilité d'établir une connexion Skype avec leurs familles...

Le colonel Verborg durant son allocution, détaille les modernisations en cours et prévues
sur la base d'Etain-Rouvres, permettant au régiment de gagner en efficacité et en rationalisme. 

Le colonel Verborg insisté sur le gain d'efficacité induit au sein de son unité par l'emménagement dans le nouveau poste de commandement : les différents cadres et services de soutien administratifs du régiment, jusqu'à présent disséminés sur la base, faute de place, sont désormais rassemblés sous le même toit. La modernisation du bâtiment n'étant que la partie émergée de l'iceberg,

Le lieutenant-colonel Goisnard a insisté sur l'importance que revêt le cadre de travail pour les personnels
de l'unité, l'esthétique des bâtiments et l'environnement végétal ayant un impact sur le bien être au travail.
Le management militaire a bien changé depuis "l'armée de papa"!
Le lieutenant-colonel Goisnard, commandant en second du régiment, a pour sa part, développé l'importance des considérations esthétiques et symbolique qui ont accompagné le réhabilitation du nouveau PC régimentaire, laissant transparaître l'évolution du management au sein des armées actuelles, qui est bien loin du stéréotype encore présent dans l'inconscient collectif. Comme dans toute entreprise, l'esthétique du cadre de travail influe sur le bien-être au travail et l'implication des personnels. Le lieutenant-colonel Goisnard a donc servi de "guide vert" aux invités rassemblés à Etain, pour détailler notamment la symbolique des aménagements minéraux et végétaux du parterre faisant face au PC. Le chiffre 3 y est symboliquement omniprésent, de même que des végétaux taillés selon une forme hélicoïdale qui rappellent l'activité du régiment.

Un soin particulier a été porté à l'environnement végétal et minéral, ainsi qu'à la symbolique qu'il véhicule.

Le lieutenant Loïc L. présente la nouvelle salle de tradition du régiment : un espace clair, alliant
tradition et modernité, où le numérique occupe une place importante, à l'image du "Grand 3".
Point d'orgue de la visite, la salle de traditions du régiment a fait forte impression sur les visiteurs par son côté moderne et interactif. Elle sera en outre prochainement connectée, et par là même, évolutive. Organisée autour d'une table tactile numérique centrale, la pièce présente un planisphère équipée d'écrans présentant des vidéos des différentes opérations du 3e RHC autour du monde. Une frise chronologique nécessaire et suffisante reprend les étapes clés de l'histoire de la base et de celle du régiment, mais le gros du contenu (vidéos, photos, textes, articles de presse...) est concentré dans la table tactile qui immerge les visiteurs dans l'univers du régiment et les rend acteurs de leur visite, son contenu s'adaptant à la demande à leurs centres d'intérêts. Plusieurs utilisateurs peuvent ainsi étudier simultanément son contenu, creusant l'histoire du régiment ou celui de la base, en particulier - nous concernant - l'époque américaine pour laquelle nous avons contribué par la mise à disposition d'archives iconographiques.

La table tactile numérique, coeur de la salle traditions, renferme des trésors d'archives,
de photos et de vidéos relatant l'histoire de la base, et les engagements du régiment.
Démonstration de la table tactile aux invités de la cérémonie d'inauguration.
Le contenu de la salle de traditions est volontairement épuré et clair,
sans pour autant être froid ni impersonnel.
Par le biais d'un code couleur, une frise chronologique renvoie à divers éléments iconographiques.
La symbolique tient la place qui lui revient, avec des explications pédagogiques s'adressant d'abord
aux nouveaux arrivants au régiment, mais également à ses invités et visiteurs occasionnels.
La base d'Etain remonte donc très sérieusement en puissance dans le contexte actuel. Son implantation géographique, qui pouvait être perçue comme un inconvénient ces dernières décennies, la rend aujourd'hui indispensable. Avec la fermeture de nombreuses plate-formes aériennes militaires ces dernières années, cette enclave militaire sécurisée à proximité (pour des aéronefs) des camps d'entraînement et des champs de tirs de Suippes, Mourmelon, Grostenquin en fait un pivot stratégique pour l'armée de terre, et pourquoi pas, à terme pour d'autres armes, une fois la piste réhabilitée (seuls 1792 des 2400 mètres sont aujourd'hui utilisables, ce qui n'a pas empêché d'accueillir les Alphajet de la Patrouille de France en août dernier).
Le général Grintchenko, COMALAT, a clôturé la matinée d'inauguration en rappelant le rôle et les engagements
actuels de l'ALAT, en saluant le nouvel outil de commandement désormais opérationnel au sein du 3e RHC.
Le colonel Verborg (à gauche), chef de corps du 3e RHC, et son adjoint
le lieutenant-colonel Goisnard, commandant en second.
Le général Grintchenko, commandant l'ALAT a ensuite pris la parole pour saluer le travail du Colonel Verborg et de ses hommes, et l'esprit d'équipe dont tous font preuve pour valoriser le "patrimoine national" que constitue cette arme atypique, discrète et pourtant ô combien sollicitée et engagée par la France partout dans le monde.  L'ouverture du régiment sur le monde civil, économique et scolaire, a également été mise en avant. Des conventions entre le régiment et des écoles (comme l'ensemble scolaire Jean XXIII de Montigny-lès-Metz) on été mises en place pour faire connaître l'armée et ses métiers, et en particulier l'ALAT. Les "écoles de pilotage" sont également concernées puisque prochainement, les aéroclubs locaux (situés dans un rayon de 35 milles nautiques autour d'Etain, souvent implantés sur des terrains en herbe) auront accès à la piste de Rouvres pour que les pilotes privés puissent s'entraîner à évoluer sur des infrastructures différentes, avec un peu plus de trafic que leur terrain habituel...

Monsieur Gérard Longuet a brièvement clôturé les discours. 
Entre le PC et la tour de contrôle a été disposé un Puma en stèle, arborant le
trigramme du chef de corps du 3e RHC (VBG), comme de coutume dans l'ALAT.
Face au PC du régiment, une plate-forme toute neuve attend le prochain poser définitif d'une gazelle.
Fort de son nouveau PC, le Grand 3 va pouvoir continuer sa mutation et l'amélioration
de ses infrastructures pour être en phase avec les objectifs du projet CAP HNG 2021.
Une chose semble d'ores et déjà sûre : le "Grand 3" n'a pas fini de faire parler de lui, et nous tâcherons de relayer autant que possible sur ce blog les évolutions de la plate-forme d'Etain-Rouvres et du régiment qu'elle héberge. Le 3e RHC va certes de l'avant, mais en pleine conscience de ses traditions, sans pour autant ignorer ou renier les origines et l'histoire des lieux et des unités qui le constituent... Un exemple à suivre par bien d'autres unités!

dimanche 11 septembre 2016

Meeting à Merville dimanche prochain


La saison des meetings aériens aborde doucement son terme, mais la belle arrière-saison actuelle permet encore de projeter des déplacements, même un peu éloignés, pour profiter encore une fois de spectacles aériens et de présentations demeurant tout de même assez exceptionnels.

Dimanche prochain, 18 septembre, c'est l'ancienne base OTAN de Merville-Calonne, à cheval sur les départements du Nord et du Pas-de-Calais qui accueillera un show avec en tête d'affiche, la Patrouille de France et l'Equipe de voltige de l'armée de l'air.

Voici d'ailleurs le petit film annonce qui devrait vous donner envie d'assister au spectacle. Si vous avez l'oeil, vous reconnaîtrez des clips tournés à l'intérieur d'appareils de voltige au dessus de l'aéroport de Châteauroux-Déols, sans doute lors des championnats du monde d'août 2015.


Comme souvent, un site dédié à l'évènement est accessible en ligne pour l'intégralité des détails pratiques et modalités d'accès. Sachez cependant que le prix de l'entrée est fixé à 10 euros le jour du meeting, mais qu'il est seulement de 6 euros en prévente (entrée parking P1). Cliquez ici pour le programme détaillé des présentations en vol. Les informations principales sont reprises sur le verso du flyer, ci-dessous :


Encore un mot pour vous signaler la présence, parmi les exposants, de l'association Anciens Aérodromes qui jouera cette fois à domicile puisque son siège est implanté sur l'aérodrome, et qui vous proposera à la vente ses différentes publications, dont l'historique du terrain de Merville qui fut le 2e aérodrome mis à l'honneur par cette association dans un livret de la collection "Aérodromes".
Bon meeting à tous!

lundi 29 août 2016

La PAF a quitté la Meuse...

Un des Alphajet de la Patrouille de France s'arrache de la piste d'Etain-Rouvres.
(Cliquez pour agrandir) ©
 F. Loubette
Ce matin, lundi 29 août, la Patrouille de France a quitté la Meuse au lendemain du meeting du centenaire qui s'est tenu à l'aérodrome de Verdun-Sommedieue. C'est de la base aérienne ALAT d'Etain-Rouvres, où ils opéraient ces derniers jours, que les Alphajet tricolores sont partis ce matin, pour rentrer à Salon de Provence.

Précédés d'une dizaine de minutes par l'avion du lieutenant-colonel Amberg, directeur des équipes de présentation de l'armée de l'air, les appareils de la patrouille ont pris l'air sur les coups de 10h10. Après avoir décollé l'un après l'autre, les quatre appareils du box avant se sont regroupés, puis, effectuant une remontée vers le nord par le travers oriental de la base, ils ont effectué un passage en formation au dessus du 3e RHC.

Salut tricolore du box avant au 3e RHC qui a accueilli la PAF le week-end dernier.
©
 F. Loubette
© F. Loubette
Au terme de ce survol, les cinq appareils restants ont a leur tour décollé l'un après l'autre et ont rejoint le box avant en formation bien au sud d'Etain, sans doute pour un ultime salut d'honneur aux champs de batailles de Verdun, avant de reprendre le cap de la Provence.
L'avion du remplaçant est le dernier Alphajet a quitter la base...
©
 F. Loubette
Le Casa qui accompagnait la patrouille s'est enfin arraché de la piste vers 10h30, laissant aux seuls hélicoptères le ciel stainois, pour y reprendre leur habituel ballet...

... Suivi quelques minutes plus tard par le Casa d'accompagnement...
En arrière-plan, on distingue la butte de tir située au nord-ouest de la base.
©
 F. Loubette
Espérons que la Patrouille de France refera bien vite l'honneur d'une escale à la base aérienne d'Etain...

vendredi 26 août 2016

Grand meeting du Centenaire de la bataille de Verdun dimanche au Rozelier (aérodrome Verdun-Sommedieue)




Voilà, nous y sommes : dans deux jours se tiendra un meeting aérien qui s'annonce déjà comme historique sur l'aérodrome du Rozelier, à Verdun-Sommedieue. En plus, le beau temps sera de la partie!
Les abords de l'aérodrome du Rozelier sont bien balisés.
©
 F. Loubette
L'aéroclub Robert Thiéry a de plus en plus l'air d'une ruche bourdonnante de petites abeilles jaunes (c'est la couleur du T-shirt des organisateurs) à deux jours du meeting aérien organisé pour une double commémoration : principalement le centenaire de la bataille de Verdun, mais aussi les 70 ans de l'aéroclub, jadis basé au terrain des Sartelles, à l'ouest de Verdun, avant de déménager au Rozelier suite au départ de l'US Army Aviation en 1967.

"The place to be" ce dimanche!
©
 F. Loubette
L'objet principal du meeting est de rendre hommage aux premiers combattants volants. La bataille de Verdun en 1916 est en effet la première campagne de l'histoire militaire qui commença par l'acquisition de la supériorité aérienne, tandis que l'aviation allemande en surnombre descendait tous les ballons d'observation français permettant le réglage des tirs d'artillerie. D'où la fameuse phrase de Pétain à Charles de Tricornot de Rose, "patron de l'aviation" dans le secteur verdunois : "Je suis aveugle, de Rose, balayez-moi le ciel!" "Balayez-moi le ciel", c'est d'ailleurs le titre de la conférence historique proposée par Claude-Thollon-Pommerole demain samedi 27 à 17h30 à l'aérodrome (inscription obligatoire par mail) en amont des festivités aériennes.

Nous avons déjà pu mettre en lumière hier l'important appui apporté à l'organisation par le 3e Régiment d'Hélicoptères de Combat (RHC) d'Etain, en accueillant notamment la Patrouille de France sur sa plate-forme à l'occasion du meeting. Mais le soutient du régiment n'est pas que logistique puisque les appareils du "Grand 3" effectueront des démonstrations dynamiques de leur savoir-faire au cours du meeting ce dimanche : une démonstration d'attaque au sol, de dépose et de récupération de commandos par les Puma et Gazelle du régiment captiveront certainement petits et grands. Les derniers hélicoptères Tigre et NH90 Caïman venant de Phalsbourg sont également annoncés sous réserve de disponibilité.

Puma du 3e RHC évacuant la zone d'exercice sur l'aérodrome du Rozelier lors des répétitions d'hier.
(Cliquez pour agrandir)
©
 F. Loubette
Le co-voiturage n'est pas la seule façon originale de voyager...
©
 F. Loubette
Posé de commandos par un Puma sur... les ailes d'un Cessna??
©
 F. Loubette
Les pratiques américaines étaient très similaires au Rozelier, il y a 55 ans...
Photo US Army via V. Woolf.
Puma et Gazelle en action, avec des commandos au sol.
L'intérêt du camouflage des Gazelle est criant sur cette photo.
©
 F. Loubette
Gazelle du 3e RHC avec fusillier en poste à la porte latérale.
©
 F. Loubette
Puma en approche sur Verdun le Rozelier.
©
 F. Loubette
© F. Loubette
Leur entrainement fini, les félins de l'ALAT laissent la place pour un autre type d'entraînement
© 
F. Loubette
Ce jeudi était créée une zone réglementée temporaire (ZRT) pour l'entraînement des appareils militaires (Rafale, Hélicos, Patrouille de France). Il en sera de même ce dimanche à l'occasion du meeting, c'est pourquoi l'aérodrome sera fermé à la circulation aérienne publique. Les appareils participants arrivant le samedi étant prioritaires, il n'y aura aucune possibilité de parking aux avions extérieurs. Les pilotes privés désireux de venir au meeting en avion seront donc obligés de se poser au plus près, à Chambley et d'emrpunter un taxi pour rejoindre Verdun. 

Tous les avions participant au meeting ne se sont pas entraînés ce jeudi, aussi nous vous proposons seulement quelques images de mise en bouche. Bien sûr, de nombreux avions et répliques d'appareils de la Première Guerre mondiale seront présents (Nieuport 28, Fokker DR1...) mais aussi, entre autres, une patrouille de deux Stearman, un Stampe, un Dassault Flamant (MD312), un P-51 Mustang de la Seconde Guerre mondiale et bien d'autres encore...

Concernant les réacteurs, les deux clous du spectacle seront à n'en pas douter le Rafale solo display, venant de Saint-Dizier, et la Patrouille de France qui a  effectué son entraînement au dessus de Verdun ce jeudi.
Patrouille de France en formation "Diamant" sous une tempête de ciel bleu au Rozelier jeudi dernier.
© 
F. Loubette

© F. Loubette

Formation Très grande flèche. © F. Loubette
Eclatement intermédiaire. © F. Loubette
La Patrouille de France au dessus de la piste du Rozelier. © F. Loubette
Couleurs assorties pour le panache de cet Alphajet et le CR100 de l'aéroclub
Robert Thiéry qui effetuera une présentation de voltige pendant le meeting ce dimanche.
© F. Loubette
© F. Loubette
 Croisement des solos au dessus de la piste de Verdun-Sommedieue. © F. Loubette

© F. Loubette
© F. Loubette
La "Shériff", formation toujours en cours près de 20 ans après sa création par Philippe Laloix.
© 
F. Loubette 
© F. Loubette 

Infos pratiques :

Ouverture du site de Verdun-Sommedieue ce dimanche à 10h, début du meeting à 14h00, fin des présentations en vol à 18h30. La météo étant de la partie, 15000 personnes sont attendues au meeting du centenaire ce dimanche. Anticipez donc les délais et ralentissements induits par une telle concentration. En arrivant plus tôt, vous aurez ainsi l'occasion de découvrir les appareils en statique, l'entraïnement des aéromodélistes (modèles réduits d'avions), mais aussi les expositions et nombreux stands proposés au public, comme celle détaillant les aérodromes pendant la guerre de 14-18 en Meuse, la reconstitution d'un camp d'époque ou le découverte du passé américain du Rozelier sur le stand d'Anciens Aérodromes ou à travers l'exposition d'Yvon Crosa :




Des fouilles et palpations auront lieu à l'entrée du site, privilégiez donc des petits sacs et laissez tout couteaux et canifs à la maison, vous n'en aurez pas besoin pour couper le pain, des sandwiches déjà tout faits seront disponibles sur place. Buvette et restauration assurée.
Pensez à vous munir d'une casquette et de lunettes de soleil et pourquoi pas de crème solaire et n'oubliez pas de vous hydrater régulièrement. Ne laissez pas d'animaux dans les voitures. 

Billetterie :

Le jour du meeting, l'entrée sera de 10 euros par personne. Bénéficiez de tarifs avantageux et gagnez du temps en achetant votre billet en ligne.

Accès :


L'aérodrome est situé à 6,5 km au Sud Est de Verdun (55100), à 60 km de Metz et 300 km de Paris, en bordure de la RD903 (route de Metz-Nancy) au lieu-dit « le Rozelier » rue des ailes.



Accès par l'autoroute A4 et/ou A31:

Depuis PARIS A4 sortie 30 voie Sacrée, puis D603 direction Verdun D330 et D903 direction Metz-Nancy. 
Depuis STRASBOURG/METZ A4 sortie 31 direction Verdun. Traverser Haudainville puis prendre à droite au carrefour de l'Europe sur RD903 direction Metz-Nancy.
Depuis DIJON A31 jusque Toul, puis D904 et D903 direction Verdun.
Depuis le LUXEMBOURG, par A31 suivre Metz A4 direction Paris, puis cf ci-dessus ; par Esch, suivre direction Briey, prendre A4 à l'échangeur 33 direction PARIS, puis sortie 31 (cf ci-dessus).
Depuis la BELGIQUE (Virton), prendre direction Longuyon D618, puis Spincourt, Etain et direction Verdun par la D603, ou continuer sur la D908 et prendre la A4 (entrée 32) direction Paris ; sortie 31 direction Verdun. Traverser Haudainville puis prendre à droite au carrefour de l'Europe sur RD903 direction Metz-Nancy.

Bon meeting à tous!