mercredi 19 février 2014

Jours de Laon (1)


Le Remois Patrick Potier signe un nouvel opus consacré aux terrains d'aviation disparus de Champagne et Picardie. Le troisième volume de cette collection est consacré à l'histoire des terrains de Laon-Couvron et Laon-Athies.

Heureuse initiative que de s'arrêter dans le Laonnois, tant ces bases, et en particulier celle de Couvron, souffrent d'une certaine méconnaissance au delà des frontières de l'Aisne, et d'une bibliographie encore assez peu étoffée. Cette riche et relativement longue histoire pour une base américaine - elle est active sans interruption de 1952 à 1967 - mérite en effet d'être remise en lumière.

L'auteur ne se concentre cependant pas uniquement sur la guerre froide, mais retrace l'histoire de Couvron depuis la création du terrain par la Luftwaffe durant la Première Guerre mondiale. Pour Athies, l'histoire commence avec les unités tricolores qui y sont installées au début de la campagne de France. Comme la plupart des terrains de Picardie, les unités françaises stationnées à Athies et Couvron au début de la campagne de France laissent rapidement la place à la Luftwaffe, elle même délogée plus tard par l'US Army Air Force au gré des fluctuation de la ligne de front. Quelques Douglas A-26 Invader utilisent déjà le terrain de Couvron à la fin de la Seconde Guerre mondiale. Ces appareils rebaptisés B-26, reviennent plus longuement occuper la toute nouvelle base OTAN au début des années cinquante....

La période otanienne de la base de Laon-Couvron est assez richement illustrée, montrant notamment l'aménagement de la zone vie. De nombreuses photos d'appareils, dont certaines en couleurs, complétées par des profils d'avions, apportent un éclairage bienvenu sur les livrées des B-26 et B-57 des différents escadrons. Dommage que les photos de Voodoo soient presque exclusivement en noir et blanc...
Pour Laon-Athies, la période otanienne est assez brièvement évoquée à l'aide de quelques photos contemporaines des piste, taxiways et marguerites. Quelques mentions d'utilisation du terrain pas les B-57 de Couvron sont cependant à relever.

Même si l'on peut déplorer la qualité de nombreuses photos, ce livre de 92 pages richement illustré est donc inévitable pour qui s'intéresse à l'histoire de l'aviation dans le Laonnois, et notamment à la présence américaine. Quelques erreurs ou inexactitudes sont cependant venues s'y glisser.
- Ainsi, page 37, il est précisé que le 38th Bomb Wing est la seule unité de bombardement tactique affectée à l'USAFE..., pour être avérée, il faudrait que cette affirmation soit complétée ainsi : "la seule unité de bombardement tactique équipée de B-57 affectée à l'USAFE". En effet les unités de F-86 déployées en France (Toul, Chambley, Etain, Chaumont) et en Allemagne avaient elles-aussi une mission de bombardement nucléaire, donc, stratégique.
- Page 55, l'auteur reprend une photo du Fana de l'aviation ainsi que l'erreur qui l'accompagnait dans le numéro Hors Série n°30 sur l'US Air Fore en Europe : le C-47 présenté n'appartient pas au 66th Operations Squadron, mais porte les marques du 21st Fighter Bomber Group de Chambley.
- Page 43, l'auteur revient sur l'incident de Pierrelatte, quand un Voodoo du 66th Tactical Reconnaissance Wing parti de Ramstein avait survolé les infrastructures nucléaires de Pierrelatte. L'appareil a fait l'objet de tentatives d'interception par la chasse française, mais diverses versions de témoins et d'acteurs coexistent, que l'auteur ne semble pas avoir recoupées, puisqu'il en propose une nouvelle version. Ainsi, si les "interceptions" semblent bien avoir eu lieu par trois appareils français, il ne s'agit pas de "deux Mirage III et un Vautour IIN de la 5e EC basée à Orange". La 5e EC n'a en effet jamais compté de Vautour IIN dans ses rangs, quant aux Mirage III, ils ne sont arrivés à Orange qu'en juillet 1966. L'épisode de Pierrelatte s'étant déroulé en avril 1965, la 5 était encore équipée de Super Mystère B2. Ce sont deux de ces appareils ainsi qu'un Vautour IIN de l'Escadron de Chasse Tout Temps (ECTT) 2/30 Normandie-Niemen qui seraient à l'origine des interceptions du Voodoo.
Pour vous faire votre opinion, vous pouvez consulter le témoignage du pilote du Vautour, et, ci-dessous, le témoignage d'un contrôleur de circulation aérienne tiré d'Air Fan (clic droit + "afficher le lien dans un nouvel onglet" pour zoomer afin de lire l'article).



Commandez sans tarder votre exemplaire de cet opus consacré à Laon-Couvron et Laon-Athies, en envoyant un chèque de 20 euros (franco de port) à l'adresse suivante :

Patrick POTIER
127 rue Pierre Brossolette
51100 Reims

et pour toutes informations complémentaires, les coordonnées de l'auteur :

potierpatrick@sfr.fr
03 26 87 02 09

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire